Claude François c’est « Belles, belles, belles » «  si j’avais un marteau » « les choses de la maison »  « quand un bateau passe » « pauvre petite fille riche » «  je tiens un tigre par la queue » « un jouet extraordinaire » «  mais quand le matin » et « comme d’habitude » et puis son obsession du physique et de la perfection , ses colères dont les journalistes de SLC se faisaient l’écho. Sacré Cloclo !

Il a été le premier à faire un show à l’américaine en chantant et en dansant avec un groupe de danseuses dont des danseuses noires. J’ai eu la chance de voir son « show génial » ainsi que je l’ai écrit au dos de la pochette de son disque 45 tours « Eloïse »  sur une petite scène de province en plein air à Saint-Florent (Cher ) le 28 mai 1967. Un très beau souvenir !

Je n’ai pas tellement aimé sa période disco et je déteste ses chansons phares « Alexandrie, Alexandra » et « Magnolia for ever». Et pourtant ce furent deux grands succès. Tous les goûts sont dans la nature.

Bien sûr lorsque j’ai appris sa mort, j’étais triste. Avec lui partait un pan de mon adolescence car je l’aimais beaucoup à ses débuts.

Il reste et restera dans la mémoire collective de notre pays.

image010image008image006image004image002