Expo Photos de Françoise Hardy par Jean-Marie Périer

 

Je viens de voir avec une amie l’exposition gratuite de photos réalisées par Jean-Marie Périer de notre belle Françoise nationale à la Galerie Photo 12 située dans la Marais à Paris

14, rue des Jardins St Paul du mercredi au dimanche de 14h à 18h métro St Paul (ligne 1) ou Pont Marie (ligne7). Vite, il faut y aller car ça se termine le 3 décembre2011. Acette occasion, j’ai pu feuilleter le livre de Jean-Marie Périer consacré à Françoise Hardy. Un vrai bijou à 29,90€. C’est pourquoi je vais le demander au Père Noël. Un beau cadeau à offrir ou à se faire offrir !

Voir les photos de Salut Les Copains en agrandissement de Françoise mais aussi de Sylvie,  de Johnny nous replonge dans notre jeunesse mais surtout dans une époque mythique. Les années soixante n’ont pas fini de nous charmer car l’été dernier les documentaires « Salut les Copains » réalisés par le fils de Dick Rivers ont eu un véritable succès. On dit qu’il ne faut pas se retourner sur le passé et pourtant, pourquoi un tel engouement pour cette époque ? C’est que tout était nouveau, la musique Pop et rock, la mode « dans le vent » avec des couleurs chatoyantes, les formes trapèze, la mini-jupe et la mini robe, les robes en métal de Paco Rabane, les cheveux longs pour les garçons et aussi pour les filles qui ne les attachaient plus mais au contraire les laissaient aller sur leurs épaules comme Françoise, devenue un modèle pour beaucoup de jeunes filles.

Comme le dit Jean-Marie Périer, Françoise Hardy était une chanteuse en France et une icône de la mode à Londres. Cependant ses photos dans SLC ne laissaient pas indifférentes les adolescentes que nous étions. Nous avions conscience de sa beauté comme celle de Sylvie Vartan, de Sheila et de France Gall, d’Annie Philippe. Pourquoi nous arrivions à nous identifier à ces vedettes tout simplement car elles n’étaient pas dans le souci de l’image et de ce fait elles étaient naturelles. Chacune avec leur personnalité et leur beauté.

Pourquoi Jean-Marie Périer a un tel succès avec ses photos exposées allant de 2000€ à plus de 15 000€ ?

Je pense qu’il a inventé la mise en scène en photo. Comme il fallait remplir les pages de SLC et de MAT, il fallait sans cesse créer de nouvelles rubriques et par ailleurs on lui donnait les moyens financiers pour satisfaire sa fantaisie créative.

Si certains ont critiqué voire vilipendé son travail de photographe, le temps lui a donné raison. Avec lui nous avons appris que la photo ce n’était pas seulement poser mais donner de la vie et de l’expression à la photo. Je me souviens avoir réalisé et posé en 1968 pour des photos avec Edith une amie venue en vacances en imitant celles de SLC en fonction de ce que nous avions à notre disposition.

Bravo et merci  à Jean Marie Périer et à Françoise Hardy de nous offrir une fois de plus une occasion de rêver et de voir la vie moins triste en ces temps si durs avec ces moments de nostalgie.